Une nouvelle ère dans les aéroports !  La règle de monter à bord d'un avion a changé...

Le projet de loi, qui comprend de nouvelles réglementations dans le secteur des transports, a été accepté par l'Assemblée générale du Parlement. Le ministère des Transports et des Infrastructures aura pleine autorité en matière de tarification et d'inspection en mer, dans les eaux intérieures et dans les ports. Les mesures de sécurité dans les aéroports seront renforcées. Les passagers qui n'acceptent pas une fouille manuelle ne seront pas autorisés à monter à bord de l'avion. Des redevances sur les émissions de gaz à effet de serre seront perçues auprès des navires arrivant dans les ports.

Une nouvelle ère commence dans les aéroports. Le projet de loi, qui comprend des réglementations dans le domaine des transports, a été accepté par l'Assemblée générale de la Grande Assemblée nationale turque et est devenu loi.

Les passagers ne seront acceptés à l'aéroport ou à l'avion que s'ils acceptent une fouille manuelle d'eux-mêmes et de leurs effets personnels si les contrôles effectués avec les appareils techniques des aéroports ne peuvent être complétés.

Des réglementations ont également été adoptées concernant le vol de véhicules aériens sans pilote. En conséquence, ceux qui pilotent des drones sans licence s'exposeront à une amende de 60 000 lires, et ceux qui parachutent sans autorisation s'exposeront à une amende de 500 000 lires.

Elle importera, vendra, enregistrera, accordera des licences et garantira la navigabilité des systèmes de drones et utilisera ces systèmes. Des amendes administratives allant de 5 000 lires à 100 000 lires seront imposées par la Direction générale de l'aviation civile à ceux qui enfreignent la réglementation concernant les qualifications que doivent posséder les individus.

Ceux qui fournissent des services de pilotage et de remorquage en mer seront condamnés à une amende administrative de 100 000 lires à 2 millions de lires s'ils agissent contrairement aux obligations déterminées.

Le tarif des frais d'amarrage sera déterminé par le ministère des Transports et des Infrastructures et ne devra pas dépasser 2 lires par taille du navire. Le transport maritime vert sera encouragé. Avec le règlement, une redevance sera facturée pour les émissions de gaz à effet de serre émises par les navires arrivant ou sortant des ports.