Le turc Erdogan se rend en Grèce pour forger une « nouvelle ère » après des années de frictions

Le président turc espère que les alliés et les voisins de l’OTAN amélioreront leurs relations malgré des divergences profondément enracinées.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan est en Grèce dans le but d’apaiser les relations tendues entre les alliés voisins de l’OTAN et d’ouvrir ce qu’il a appelé une « nouvelle ère » dans les relations après des années d’hostilité.

La Grèce et la Turquie sont en désaccord depuis des décennies sur des questions telles que le début et la fin de leur plateau continental, les ressources énergétiques, le survol de la mer Égée et la division ethnique de Chypre.

Jeudi, les deux pays ont signé une déclaration commune visant à poursuivre des relations de bon voisinage.

« La géographie et l’histoire nous ont dicté de vivre dans le même quartier… parfois en confrontation. Mais je ressens une responsabilité historique de profiter de cette opportunité pour rapprocher les deux États, tout comme nos frontières le sont », a déclaré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis après avoir rencontré Erdogan.

Plus tôt, Erdogan avait déclaré à la présidente grecque Katerina Sakellaropoulou : « Je crois que la réunion de coopération stratégique Turquie-Grèce ouvrira une nouvelle ère » dans les relations, ajoutant que « nous devons être optimistes, et cet optimisme sera fructueux à l’avenir ».

« Ce sera bien plus bénéfique pour l’avenir si nous regardons les choses avec le verre à moitié plein », a déclaré Erdogan.

« Si l’on considère ce qui se passe autour de nous, il est probablement plus que jamais nécessaire que la Grèce et la Turquie travaillent ensemble pour renforcer la prospérité, sauvegarder la paix, la stabilité et le respect du droit international », a répondu Sakellaropoulou.

Erdogan a déclaré qu’il visait à presque doubler le volume du commerce bilatéral, pour le porter à 10 milliards de dollars (9,3 milliards d’euros), contre 5,5 milliards de dollars actuellement.

La Grèce et l’Union européenne espèrent également mettre à jour leur accord migratoire de 2016 avec Ankara.

Le ministre grec des Migrations, Dimitris Kairidis, a déclaré cette semaine que les garde-côtes des deux pays avaient coopéré sans heurts en matière de migration au cours des derniers mois et a suggéré la possibilité d’un accord avec la Turquie pour stationner un officier turc sur l’île grecque de Lesbos et un officier grec à l’ouest. Port turc d’Izmir.

Les discussions de jeudi devraient également discuter de la guerre entre Israël et le Hamas, un point controversé à l’ordre du jour dans la mesure où Erdogan n’a montré aucun signe d’abandon de son soutien au groupe Hamas, tandis que Mitsotakis a fait une distinction claire entre le Hamas et le peuple palestinien.

Les questions qui ont amené la Grèce et la Turquie au bord de la guerre cinq fois en autant de décennies devraient rester à l’ordre du jour.

La dernière visite d’Erdogan à Athènes, en décembre 2017, s’est avérée un désastre. Lui et le président grec de l’époque, Prokopis Pavlopoulos, se sont disputés au sujet du Traité de Lausanne de 1923, qui fixait les frontières entre les deux pays.

Plus tard, Erdogan et Alexis Tsipras, alors Premier ministre, ont échangé des accusations sur la division de Chypre. Erdogan a imputé à la partie grecque l’échec des deux cycles de négociations visant à réunifier l’île en 2004 et 2017.