Bilan du Moyen-Orient : le Maroc marque en tant qu'hôte de la Coupe du monde 2030

Attentats suicide en Turquie, tensions pré-électorales en Égypte : voici le Moyen-Orient cette semaine.

Le Maroc sera l’une des six nations à accueillir un tournoi de football | Attentat suicide en Turquie | Tensions pré-électorales en Egypte. Voici le Moyen-Orient cette semaine :

De l’espoir à l’accueil

Il y a un peu moins d’un an, c’était une période palpitante, lorsque le Maroc avait conquis le cœur de millions de personnes dans le monde, galvanisant l’espoir pour les pays du Sud alors qu’ils se frayaient un chemin vers les demi-finales de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Dans un autre score pour cette nation frénétique du football, la FIFA a annoncé que le Maroc serait l’un des six pays sur trois continents à accueillir la Coupe du monde 2030. Continuez le jeu.

Attaque à Ankara

En Turquie, les gens ont trop souvent vu des scènes semblables auparavant : des fenêtres brisées, des portes éventrées et des débris éparpillés dans la rue alors que les soldats, la police, les ambulances, les camions de pompiers et les véhicules blindés convergeaient.

Le jour où le président Recep Tayyip Erdogan devait ouvrir le Parlement à Ankara, deux assaillants ont perpétré un attentat suicide. Les responsables turcs affirment que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est le principal suspect. Plus de 90 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête.

L’Egypte au bord des élections

Il y a eu une tempête de feu en Égypte cette semaine – au propre comme au figuré. Dans la ville d’Ismailia, un énorme incendie s’est déclaré dans un complexe de police. La cause est inconnue, mais des sources ont déclaré à Al Jazeera qu’il pourrait s’agir d’une attaque menée à l’approche de l’élection présidentielle.

Et pour cette élection, le président Abdel Fattah el-Sissi a brigué un troisième mandat. On s’attend à ce qu’il gagne, car l’opposition affirme être victime de harcèlement. La toile de fond de tout cela est une grave crise économique qui restreint les ambitions régionales de l’Égypte.

Une deuxième chance pour les étudiants syriens

Omar al-Dabaan n’avait que 12 ans lorsque l’armée syrienne a attaqué son école. Il s’est réveillé sous le coup des tirs d’artillerie des forces du régime, pour ensuite retrouver les corps de ses amis éparpillés dans la cour de l’école.

C’était en 2018, et al-Dabaan n’est pas retourné à l’école depuis. Mais il étudie à nouveau, grâce à l’Initiative Masarat, qui propose l’intégralité du programme syrien en ligne afin que des enfants comme al-Dabaan puissent accéder à une éducation.

Histoire de l’éducation en Syrie [Ali Haj Suleiman/Al Jazeera]

À La Haye et tenir

En Tunisie, une éminente dirigeante du Parti destourien libre (Constitutionnel), Abir Moussi, a été arrêtée cette semaine, tandis que le dirigeant emprisonné du plus grand parti d’opposition, Ennahdha, Rached Ghannouchi, a entamé une grève de la faim.

Les membres des familles de plusieurs des dizaines de personnes arrêtées depuis que le régime du président Kais Saeid a pris une tournure plus répressive il y a deux ans sont désormais rassemblés à La Haye pour demander justice à la Cour pénale internationale.

La candidate à la présidentielle Abir Moussi fait des gestes après avoir voté dans un bureau de vote lors de l'élection présidentielle à Tunis, Tunisie, le 15 septembre 2019.
Moussi dirige le Parti constitutionnel libre tunisien et veut défendre l’État civil [File: Zoubeir Souissi/Reuters]

Et maintenant, quelque chose de différent

Imaginez-vous en train de grignoter une carotte sortie d’une imprimante 3D. Deux étudiants du Qatar ont rendu ce scénario plus probable : leur appareil utilise des cellules végétales cultivées artificiellement et de la lumière UV pour imprimer en masse des légumes.

Le duo espère que cela pourra être la solution pour résoudre la faim dans le monde.

Carotte imprimée en 3D [Photo courtesy of Mohammed Annan]
Carotte imprimée en 3D [Photo courtesy of Mohammed Annan]

Brièvement

Citation de la semaine

« Parfois, nous étions à l’école lorsque les bombardements commençaient, alors l’école s’arrêtait pendant une semaine. […] Sans scolarité, nous ne bénéficierons de rien… Après avoir obtenu mon baccalauréat, je poursuivrai mon rêve et étudierai le génie civil. | L’adolescent Omar al-Dabaan a une seconde chance de terminer ses études malgré la guerre en Syrie.