Un piège incroyable pour 1356 personnes se rendant à la Omra !  Les mots de passe du gouvernement électronique ont été saisis

L'officier des PTT Bilal Karabiber, l'accusé qui a saisi les mots de passe du gouvernement électronique de 1 356 personnes qui se sont rendues à la Omra et ont utilisé les téléphones apportés sur leurs passeports depuis l'étranger, a été condamné à 7 ans, 4 mois et 22 jours de prison, et Ahmet Çelikkaya a été condamné à 7 ans, 4 mois et 22 jours de prison. condamné à 5 ans et 7 mois de prison.

Lorsque certaines des 1 356 personnes qui ont passé un accord avec une agence de voyage et se sont rendues à la Omra pour accomplir leurs devoirs religieux ont voulu que les téléphones qu'elles avaient achetés à l'étranger soient ajoutés à leur passeport, elles ont réalisé que les téléphones avaient déjà été activés et ont déposé une plainte pénale auprès du le bureau du procureur. Au cours de l'enquête, il a été déterminé qu'Ahmet Çelikkaya, qui était un agent des PTT à Hatay, avait obtenu les informations d'identité de 1 356 personnes qui se sont rendues à la Omra au cours de la même période. Il a été déterminé que Bilal Karabiber, qui travaillait à la succursale Serinyol PTT, avait obtenu les mots de passe du gouvernement électronique du système en utilisant ces informations qui lui avaient été fournies dans une liste. Un acte d'accusation a été préparé et une action en justice a été déposée contre deux personnes.

« UN AUTRE TÉLÉPHONE A ÉTÉ MIS SUR MON PASSEPORT »

Abdulkadir A., ​​​​l'une des victimes dont la déclaration est incluse dans l'acte d'accusation, a déclaré qu'il s'était rendu à la Omra en décembre 2018 et a déclaré : « J'ai reçu un appel téléphonique à mon retour de la Omra. J'allais ajouter le téléphone que j'ai acheté en Arabie Saoudite sur mon passeport. Puis j'ai réalisé qu'un autre téléphone avait été ajouté à mon passeport. Je ne pouvais pas ajouter le téléphone que j'avais acheté à mon passeport, le téléphone était dans ma main.  » « Il est resté », a-t-il déclaré.

Raziye D. a déclaré qu'elle n'avait apporté aucun objet de là lorsqu'elle s'est rendue à la Omra et a déclaré : « Je n'étais pas au courant de l'incident mentionné dans l'acte d'accusation, mais après avoir reçu la notification, mon fils s'est connecté à mon système d'administration électronique. et j'ai détecté que 2 téléphones étaient placés sur moi. Je n'ai reçu aucun appel téléphonique et « je n'ai pas inclus de téléphone dans mon passeport », a-t-il déclaré.

ILS N'ONT PAS ACCEPTÉ LE CRIME

Les accusés Ahmet Çelikkaya et Bilal Karabiber ont déclaré qu'ils n'avaient aucune information sur cette affaire et qu'ils n'acceptaient pas le crime qui leur était reproché. Dans l'affaire déposée devant le 10ème tribunal pénal de première instance de Hatay, l'accusé Bilal Karabiber a été condamné à 7 ans, 4 mois et 22 jours pour les délits d'« abus de pouvoir » et « d'obtention et de fourniture illégales de données personnelles », et le L'accusé Ahmet Çelikkaya a été condamné à « protection des données personnelles ». Il a été condamné à 5 ans et 7 mois de prison pour « obtention et fourniture illégales de données ». Dans la justification de la décision, il a été indiqué que l'accusé Ahmet Çelikkaya avait donné un téléphone portable contenant les informations d'identité des victimes à l'officier accusé des PTT, Bilal Karabiber, l'accusé avait utilisé ces informations pour demander un mot de passe du gouvernement électronique et les informations nécessaires. le code de confirmation a été reçu sur le téléphone qui lui a été remis. Il a été déclaré que l'accusé avait fourni les mots de passe du gouvernement électronique aux victimes en saisissant le code de confirmation dans le système, et que les accusés recevaient 10 à 15 lires par mot de passe d'une autre personne qui dirige un revendeur d'opérateurs GSM. Il a été rapporté que les accusés ont utilisé les informations personnelles des victimes et obtenu leurs mots de passe du gouvernement électronique du 26 décembre 2018 au 16 janvier 2019 et ont reçu des avantages en retour.

« DES PEINES PLUS Dissuasives DOIVENT ÊTRE INDONNÉES »

Fırat Bilici, l'avocat des victimes, a déclaré que les personnes qui ont donné les données personnelles de ceux qui se sont rendus à la Omra aux accusés visent à exploiter et à vendre les téléphones qu'ils ont apportés de l'étranger et a déclaré : « Et ces accusés fournissent des mots de passe du gouvernement électronique. aux personnes qui leur ont donné cette liste, et ils ont l'intention de faire appeler les gens avec leurs mots de passe d'administration électronique. À la suite de cette affaire, ils ont été condamnés à 7 ans, 4 mois et 22 jours, et l'autre à 7 ans, 4 mois et 22 jours. 5 ans et 7 mois. Considérant que ces peines ne devraient pas être réduites dans un cas où le nombre de victimes est si élevé, il devait rester faible. En appliquant le dossier, il a été établi dans le dossier que certains téléphones des victimes ont été ouverts à leur nom, une mesure a été prise et leurs mots de passe d'administration électronique ont été pris injustement, et ces problèmes sont nettement plus dissuasifs. doit être donné », a-t-il déclaré.