Déclaration à Gaza du ministre Fidan : Seuls les États-Unis se trouvent entre le cessez-le-feu et

Déclaration à Gaza du ministre Fidan : Seuls les États-Unis se trouvent entre le cessez-le-feu et

Le Ministre des Affaires étrangères Hakan Fidan a tenu une conférence de presse conjointe avec le Ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Ceyhun Bayramov à Bakou. Le ministre des Affaires étrangères Hakan Fidan a déclaré : « Actuellement, seuls les États-Unis d’Amérique se trouvent entre un cessez-le-feu et un massacre à Gaza. Notre message et celui de la communauté internationale sont clairs. L’oppression des Palestiniens doit cesser, un cessez-le-feu doit être déclaré immédiatement. et le processus de paix doit être lancé. » dit.

Points saillants des déclarations du ministre Fidan :

Il est de notre responsabilité commune envers nos peuples de renforcer davantage nos relations dans tous les domaines. La déclaration de Choucha signée avec nos estimés présidents nous fournit une base extraordinairement solide. Nous essayons de remplir les exigences de cette déclaration en coordination constante avec mon frère Bayramov. Il est important que nous maintenions notre position commune à une époque où l’instabilité et l’imprévisibilité mondiales continuent de croître.

Tout d’abord, la stabilité du Caucase du Sud est très importante en termes de sécurité des transports et des lignes énergétiques. Comme vous le savez, la ligne ferroviaire Bakou-Tbilissi-Kars constitue une composante importante du corridor central. Il est très important que la ligne soit exploitée à pleine capacité afin que nous puissions renforcer notre position dans la chaîne d’approvisionnement mondiale. Nous souhaitons renforcer la connectivité entre nos pays et rapprocher nos peuples. Le protocole d’intention concernant le projet ferroviaire Kars-Nakhitchevan a été signé lors de la visite de notre Président au Nakhitchevan. Nous visons à mettre en œuvre ce projet dans les plus brefs délais.

Nous devons aborder les opportunités et les risques dans le domaine énergétique avec une stratégie globale basée sur nos intérêts communs. L’expansion de la capacité de TANAP et le transfert du gaz naturel de la Caspienne vers la Turquie et l’Europe sont l’un des éléments importants de cette stratégie. Nous avons ajouté une nouvelle dimension à notre coopération énergétique avec le projet de gazoduc Iğdır-Nakhitchevan, dont les bases ont été posées lors de la visite de notre Président.

Aujourd’hui, nous avons eu l’occasion de discuter d’enjeux importants pour notre région avec mon estimé collègue. Tout d’abord, nous avons discuté de l’évolution de la situation dans le Caucase du Sud. Avec l’opération antiterroriste de septembre, l’Azerbaïdjan a pleinement affirmé son contrôle et sa souveraineté sur le Karabakh. Nous les félicitons encore une fois pour cela.

Je souhaite une fois de plus la miséricorde de Dieu à tous nos héros tombés en martyr au cours de cette opération et j’exprime mes condoléances au peuple frère d’Azerbaïdjan. En fait, nous avons toujours dit qu’après la guerre intérieure de 44 jours il y a trois ans, une opportunité historique s’est présentée pour établir la paix dans la région. Nous pensons que cette opportunité est devenue beaucoup plus forte au stade actuel et ne doit plus être évitée. C’est pourquoi nous saluons les progrès positifs des accords permanents de paix et de détermination des frontières entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

Un Caucase du Sud où règnent la paix et la tranquillité est dans l’intérêt de tous les acteurs. Par conséquent, toutes les parties doivent s’efforcer de créer un climat de paix et de normalisation. Malheureusement, la diaspora arménienne organisée en Occident exploite les conditions difficiles du peuple arménien. Il tente de provoquer certains pays contre l’Azerbaïdjan. Au lieu de s’occuper de ces problèmes, il vaudrait mieux consacrer son énergie à créer un environnement dans lequel le peuple arménien puisse établir des relations normales avec ses voisins.

Tous les acteurs extérieurs à la région doivent également suivre des politiques qui respectent l’équilibre de la région et encouragent la normalisation. Nous sommes également satisfaits de la récente décision de prendre des mesures concrètes de renforcement de la confiance entre les deux pays. Nous espérons que ces mesures se poursuivront et ouvriront la voie à un accord de paix global.

Nous pensons que ceux qui tentent de nuire au processus par des mesures provocatrices devraient également tirer un message de cet accord. Nous disons toujours que l’élan à donner au processus entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie aura un impact positif sur notre processus de normalisation entre la Turquie et l’Arménie. Nous sommes plus proches que jamais de la stabilité et de la paix régionales. Nous poursuivrons notre étroite coordination avec l’Azerbaïdjan frère afin de tirer le meilleur parti de cette opportunité.

Malheureusement, la tragédie humanitaire à Gaza continue. J’ai également informé mon frère Ceyhun Bey du travail que nous menons au niveau international. Comme vous le savez, lors du Sommet conjoint de l’Organisation de la coopération islamique et de la Ligue arabe, il a été décidé de prendre des initiatives au niveau international pour mettre fin à la guerre et établir une paix permanente. En tant que ministres des Affaires étrangères, nos derniers contacts ont eu lieu aux États-Unis et au Canada. Demain, nous aurons l’occasion de rencontrer les autorités de Norvège, de Suède, de Finlande, du Danemark, d’Islande, de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg à Oslo. Nous soulignerons une fois de plus notre attachement à la juste cause de la Palestine.

En tant que groupe de contact, nous faisons désormais entendre la voix non seulement des pays islamiques, mais aussi du monde entier. Grâce à nos efforts intenses, des développements importants sont en train de se produire. Lors du vote tenu mardi à l’Assemblée générale des Nations Unies, 153 pays ont voté en faveur de la résolution exigeant un cessez-le-feu immédiat à Gaza. Comme vous le savez, une décision similaire avait déjà été acceptée avec seulement 121 voix. Il y a eu une augmentation significative dans l’intervalle.

Nous avons vu que de nombreux pays qui s’étaient auparavant abstenus ou avaient voté contre ont décidé de se tenir aux côtés de la Palestine. Cela démontre clairement la volonté de la communauté internationale de mettre fin à l’oppression. Ceux qui soutiennent Israël doivent bien comprendre cette situation. Mais ce n’est pas assez. Nous attendons des États-Unis qu’ils ne fassent plus obstacle aux décisions prises par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Actuellement, seuls les États-Unis se trouvent entre un cessez-le-feu et un massacre à Gaza. Notre message et celui de la communauté internationale sont clairs. L’oppression des Palestiniens doit cesser, un cessez-le-feu doit être déclaré immédiatement et le processus de paix doit être engagé.